Pour étancher le sang

Texte du charme

+ In nomine s(an)c(t)ae trinitatis atque omnium s(an)c(t)orum adsanguinem restringendum scribis hoc COMAPTA OCOΓMA CTY/ΓONTOEMA EKTYTOΠO + Beronice. Libera me de sanguinibus d(eu)s d(eu)s salutis meae CACINCACO YCAPTETE. per d(omi)n(u)m  i(e)h(su)m xp(ristu)m. Xp(rist)e ad iuua + Xp(rist)e ad iuua + Xp(rist)e ad iuua. + Riuos cruoris torridi contacta. uestis obstruit fletu rigante supplicis arent fluenta sanguinis Beronice Libera me de sanguinibus d(eu)s d(eu)s salutis meae. AMICO CAPDINORO/ΦIΦIPON IΔPACACIMO fodens magnifice contextu fundauit tumulum usugma d(omi)ne adiuua.

Traduction

+ In the name of the Holy Trinity and all of the saints, to draw back blood write this: COMAPTA OCOΓMA CTY/ΓONTOEMA EKTYTOΠO + O Veronica, deliver me from blood, O God, God of my salvation/health. CACINCACO YCAPTETE. Through the lord, Jesus christ. Christ, help + Christ, help + christ, help + the touch of his clothes blocks the rivers of hot blood, by the moistening weeping of the supplicant the flows of blood dry up. Veronica. free me from the bloods O God, God of my salvation/health. AMICO CAPDINORO/ΦIΦIPON IΔPACACIMO. fodens magnifice contextu fundauit tumulum usugma. Lord help.

Commentaire sur la traduction
Traduction de Emily Kesling, “The Royal Prayerbook’s blood-staunching charms and early Insular scribal communities”, Early Medieval Europe 29/2 (2021), p. 185.
Commentaire sur la formule

Formule élaborée contre le saignement. Elle comprend un vers du poète latin Sedulius sur la guérison de l'hémoroïsse (Marc, 5, 25-34), des croix, des caractères grecs, un extrait du Psaume 50 et une allusion à la figure de Véronique.

Selon Emily Kesling, ce charme serait une élaboration autour de l'épisode biblique de la guérison de l'hémoroïsse. Il viserait plus particulièrement des problèmes relatifs à la menstruation. La figure de Véronique est identifiée à la femme souffrant d'un flux de sang dans les Acta Pilati, texte apocryphe circulant à partir du IVe siècle.

Le charme provient d'un manuscrit copié en Angleterre dans un milieu lettré, peut-être par une femme, et possédé par une femme dans un monastère féminin.

Date de copie du charme
2e moitié VIIIe siècle
1re moitié IXe siècle
Description du charme
Identifiant du charme
08-07
Domaine d'application
Modalités d'application
Forme textuelle
Langue(s) du charme
Citation(s) contenue(s) dans le charme

Sedulius (poète latin du Ve s ap J.-C.), A solis ortus cardine : "riuos cruoris toridi contacta uestis obstruit fletu rigantibus supplicis arent fluenta sanguinis" ["the touch of his clothes blocks the rivers of hot blood, by the moistening weeping of the supplicant the flows of blodd dry up"]. Cf. E. Kesling, p. 186-187

Marc, 5, 25-34 (épisode de la guérison de l'hémoroïsse)

Psaume 50 : "Libera me de sanguinibus deus deus salutis meae" ["deliver me from blood, O God, thou God of my salvation"]

 

Remarques

Trois charmes du même manuscrit ont des éléments en commun (n° 08-05, 08-06 et 08-07) ; ils sont étudiés ensemble par Emily Kesling, qui les compare également avec un charme d'un manuscrit de Bâle (n°09-06).

Manuscrit contenant le charme
Source

Charme isolé
Titre du recueil ou du traité
Titre donné par le manuscrit, s'il y a lieu.
Manuscrit
London, British Library, Royal, 2.A.xx, 49v, 2e moitié VIIIe siècle, 1re moitié IXe siècle.
Charme isolé.
Place du charme dans le feuillet : Corps du texte
Description du manuscrit :

Manuscrit copié en Angleterre, dans le diocèse de Worcester, et contenant une ensemble de prières et de textes dévotionnels. Parmi ceux-ci, on trouve cinq charmes pour étancher le sang. Quatre d'entre eux, dont celui-ci, sont copiés de la même main que les autres parties du manuscrit. Ils se répartissent en deux groupes dans le manuscrit (fol. 16v puis folio 49r-v). Un cinquième charme est copié d'une autre main datant du XIIe siècle.

Numérisation du manuscrit : http://www.bl.uk/manuscripts/Viewer.aspx?ref=royal_ms_2_a_xx_fs001r
Édition

Emily Kesling, “The Royal Prayerbook’s blood-staunching charms and early Insular scribal communities”, Early Medieval Europe, 29/2 (2021), p. 185.

Bibliographie

Emily Kesling, “The Royal Prayerbook’s blood-staunching charms and early Insular scribal communities”, Early Medieval Europe, 29/2 (2021), p. 181–200, en part. p. 186-189.

Contributeur(s)/trice(s)
Béatrice Delaurenti